TOUCHEZ PAS AU GRIZZLI !

Publié le par COQUELI-SO

Les Pyrénées sont à la une cet été, avec l'ours et l'éternel conflit pro/anti. 

Le fait est qu'un ours peut faire des dégâts sur un troupeau, mais il est toutefois à retenir qu'il n'est réellement mis en cause que dans 1% des cas, le reste étant dû aux chiens errants, aux maladies, aux accidents .... de plus, le territoire qu'on a bien voulu lui laisser n'est pas adapté !

Il est fort probable que les subventions versées aux éleveurs victimes d'attaques d'ours, transformés en chasseurs de primes, soient probablement également à l'origine de tout ce tapage fait autour de l'ours, subventions qui sont également versées même au bénéfice du doute ..... 

Ceci dit, je m'étais toujours imaginée que le berger vivait auprès de son troupeau. Or il semble que cela ne soit plus, ou pas forcément le cas. Un troupeau isolé est forcément plus vulnérable quelque soit le prédateur

Or, des aides financières sont accordées pour l'embauche d'un berger, pour l'achat d'un chien patou, pour la pose de clôtures autour des ruches .... alors pourquoi certains éleveurs mettent tant de "mauvaise" volonté, et manifestent par des .... tirs de chasseurs !

Pourtant les deux "camps" ont tout à gagner en travaillant ensemble. Les pro-ours ne sont sûrement pas anti-brebis !
Pourquoi ne pas mettre en place un système de bénévolat pastoral comme pour les loups ? 

Il serait peut-être temps de laisser tomber nos vieux clichés français, les connaissances modernes ont beaucoup à apprendre des traditions locales, mais l'inverse est vrai aussi ! encore faut-il que chacun ne se braque plus sur ses positions. 

Ca fait des siècles que les animaux attendent qu'on leur accorde un doigt de vie ou un droit de mort, et l'ours a bien gagné sa part de retraite !

pyreneesmontreurdours.jpg 
FERUS (mise à jour 08.08.2007)

Publié dans SUJETS SERIEUX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article