JOUR DE COURSES (... suite)

Publié le par COQUELI-SO

020.JPG  Ben voilà, le sort en est jeté ... mes courses, elles se font désormais le samedi matin à Saint Jeannet, tant pour les produits frais (légumes et fruits de saison directement chez le producteur BOIJOUT) que pour le pain du FOURNIL D'ANGELE vendu au Supéru, le tout en bio si'ouplait !  

Le site du CIVAM P.A.C.A. regorge de bonnes adresses, il y en a sûrement une près de chez vous ! 

Produire et consommer autrement :

Je me permet d'insister sur le "consommer autrement": il ne s'agit pas seulement de l'acte d'achat.
 
En même temps, j'ai dû faire un travail "psychologique" sur moi-même, ranger les vieilles habitudes du tout-prêt, tout-cuit ! du frigo et des placards remplis à craquer et qu'on ouvre machinalement de droite à gauche en se demandant "qu'est-ce-que je vais faire à manger ?! " tout en pitant une biscotte par-çi, un bout de pain par-là ... et puis finalement ouvrir une boîte !

Une sacrée patience pour convaincre aussi ! il faut la "jouer finement", ne pas hésiter à mettre la "main dans la pâte" pour faire des petites recettes simples mais délicieuses qui remplissent l'estomac cent fois mieux qu'un steack !! faire passer la pillule aux enfants : tarte aux pommes au dessert, mais avant, soupe aux blettes/crème fraîche ! (recette piquée chez Guillaume, je confirme c'est très bon !)

 

Publié dans SUJETS SERIEUX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guillaume Jouis 11/11/2007 14:39

Bonjour et merci pour le lien vers ma recette de soupe de blettes !J'ai fait moi aussi la "révolution" dans mon assiette, depuis maintenant presque 2 ans : d'abord, courses au marché pour les fruits/légumes, pris chez un producteur local (pas encore bio, le bio est décidément très cher à Paris), puis au magasin bio pour tout le sec, l'huile, le lait, les oeufs... Je me suis également mis à faire mon pain à la main (à base de farine bio, bien sûr). Nous ne mangeons quasiment plus de viande (en moyenne une fois par semaine). Nous essayons de prendre au maximum des produits complets (farine, céréales, surcre...). Et qu'est-ce qu'on se régale, même avec des plats ultra-simples !Je dirais que notre "conversion" s'est faite en douceur, progressivement, et a été vécue comme une redécouverte du goût et du plaisir de la table, en même temps qu'une certaine satisfaction au regard de l'impact environnemental de notre alimentation.Par contre, convaincre les autres est difficile, la nourriture est un sujet sensible pour beaucoup de monde, et les arguments qu'on peut proposer n'atteignent pas toujours leur but...